Les économies arabes en mouvement. Un nouveau modèle de développement pour la région MENA.

Screen Shot 2019-09-02 at 16.55.47

Éditeur : De Boeck Supérieur.

Préface de Pascal Lamy.

Date de parution : 19 novembre 2019.

Commander sur Amazon

 


Quatrième de couverture :

Un nouveau regard sur les économies du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, à l’heure du changement climatique et de la révolution numérique.

Avec une population proche de celle de l’Europe, le monde arabe rassemble certains des États les plus riches et les plus pauvres de la planète. La couverture médiatique de cette région est dominée par les conflits et les crises internes au sein d’États défaillants tels que la Syrie, le Yémen, l’Irak et la Libye. Le chômage élevé des jeunes et la dépendance des pays arabes vis-à-vis de la rente pétrolière sont régulièrement pointés du doigt. Sans oublier la pénurie d’eau et de terres arables, dans une région très vulnérable au changement climatique.

Pourtant, de Doha à Rabat et de Mascate à Alger, en passant par Riyad, Amman, Le Caire et Tunis, des progrès substantiels ont été accomplis en matière de développement. Le monde arabe est engagé dans une modernisation aux dimensions multiples. De la mise à niveau des systèmes financiers à l’investissement dans l’économie numérique, les industries high tech et les énergies renouvelables, les initiatives ne manquent pas. En mobilisant plus efficacement leur capital humain, à travers une gouvernance refondée, les pays arabes pourraient accélérer leur transition vers un modèle de développement durable, adossé à une économie de la connaissance.

Par ailleurs, les pays arabes ont amorcé un pivot vers l’Est et le Sud, comme en témoigne l’intensification de leurs échanges avec la Chine, l’Asie du Sud et du Sud-Est et l’Afrique subsaharienne. S’ils parviennent à relancer leur intégration régionale, ils pourraient faire de la région MENA un espace de paix et de prospérité partagée, au cœur de « nouvelles routes des épices et de la soie ». Dans ce contexte, l’Europe doit impérativement redéfinir ses relations avec les pays arabes, en intégrant ces nouvelles réalités géoéconomiques.