Propositions pour un partenariat refondé entre l’Europe et l’Afrique

Au cours des dernières années, le continent africain a relancé ses efforts d’intégration, à travers la réforme de l’Union Africaine et le lancement de la ZLEC. À l’horizon 2050, l’Afrique sera deux fois plus peuplée. En s’appuyant sur sa jeunesse de plus en plus éduquée, elle pourrait libérer son extraordinaire potentiel économique. Cette transformation représente une opportunité historique pour arrimer les continents africain et européen l’un à l’autre, conformément aux vœux formulés par Robert Schuman il y a plusieurs décennies. Pour cela, il est fondamental d’articuler les logiques de coopération Nord-Sud et Sud-Sud, afin de favoriser l’émergence d’un écosystème économique à la fois intégré et modulaire. L’expérience du Maroc est à cet égard édifiante. Le nouvel exécutif européen, issu des élections de mai 2019, devrait faire de l’intégration avec Afrique une priorité stratégique. Ce n’est pas seulement un pari sur l’avenir. C’est un impératif existentiel pour l’Europe, à l’heure où s’intensifient les menaces sécuritaires et migratoires. C’est d’autant plus vrai si l’Europe veut continuer à peser dans le monde face à des géants comme la Chine et les Etats-Unis.